lundi 24 avril 2017

Jovanovic, la situation de l'emploi en avril 2017

La liste des derniers licenciements par Pierre Jovanovic, censuré par Facebook, Le Monde et les grands media ainsi que le gouvernement français qui ne parvient pas à le faire taire.


La poursuite de cette politique désastreuse, c'est Emmanuel Macron. Sachez le.



dimanche 23 avril 2017

False flag aux Champs Elysées


La manipulation avant le premier tour des présidentielles pour orienter le vote des intoxiqués du petit écran.

Présidentielles 2017

A l'attention des pétasses qui ont voté Macron :


Il est 23h40 et franchement, je m'attendais à tout sauf à ce guignol de Macron-Rothschild.
A croire que les Français aiment se faire bourrer le cul.

dimanche 9 avril 2017

Stockholm Drottninggatan 2

Dans mon précédent article, je vous parlais du camion lui-même et de son trajet. Dans celui-ci, je vais vous parler de ce qui est arrivé autour de ce qu'on pourrait normalement un fait divers. Un homme qui vole un camion et conduit dans une foule n'est pas un acte de guerre mais un accident commis par un déséquilibré, éventuellement un groupe de déséquilibrés. Là, on veut faire peur aux gens en créant une panique, un chaos auquel participent également le gouvernement et la police.

Lors de cet évènement, comme par hasard, toutes les caméras de vidéo-surveillances du quartier étaient hors service. La seule vidéo disponible est celle d'un magasin de vêtements de la rue piétonne.

Il y a eu 4 tués et 10 blessés selon le journal télévisé suédois. Le camion a fini sa course dans une vitrine à un coin de rue. Pour cela, le gouvernement suédois et les forces de police ont fait arrêter tout le trafic ferroviaire et les lignes de bus et de tramway. Le réseau de téléphonie portable a également été bloqué. On ne peut pas appeler ça autrement que "trouble à l'ordre public".

Les images qui suivent sont des captures d'écran du journal télévisé du vendredi 7 avril à 19h30. On y voit les Suédois qui ont fini leur travail s'entassant dans les rues environnant la gare, puis partant à pieds vers leurs banlieues sans avoir pu joindre leur famille.



Il y a pire.
Les captures suivantes montrent à quel point le gouvernement et les forces de police tentent de terroriser le peuple suédois qui, heureusement est relativement peu craintif.





J'étais une habituée de la Scandinavie. J'ai vu à quel point les policiers, non armés, étaient gentils et courtois. Je les ai vus un samedi soir ramasser des jeunes alcoolisés au dernier degré pour les remettre à leurs parents. J'ai vu leur patience avec un type qui faisait un esclandre sur un port. J'ai pu constater leur gentillesse, leur amabilité, leur serviabilité, toujours avec le sourire au long des nombreux voyages que j'ai fait entre la France et la Suède. J'ai du mal à les reconnaître dans cette police de carnaval "robocopisée" qui menace avec des armes. Qu'est-il donc arrivé à la Suède ? Est-ce un effet de l'Union Européenne ? Une harmonisation des polices répressives ?
Comment à partir d'un accident de la circulation, aucune enquête n'ayant encore prouvé le contraire, on peut mettre une telle gabegie dans une capitale ? Voilà les vraies questions.

Drottninggatan Stockholm

Drottninggatan (rue de la Reine) est un endroit incontournable lorsqu'on veut faire du shopping à Stockholm. J'y suis moi-même allée et mes parents aussi alors qu'ils ne sont allés qu'une seule fois en Suède.
Il s'agit d'une rue commerçante piétonne dont le sol est carrelé, avec des magasins de chaque côté, des bancs et des jardinières au centre. D'une bonne longueur, elle coupe d'autres rues et chaque tronçon est gardé par une paire de lions en béton entre lesquels il faut passer pour avoir accès aux magasins avec un véhicule de secours ou de livraison. Il y a juste la place. Chacun de ces lions pèse environ 900 kg.

La presse suédoise (Dagens Nyheter) a publié une photo de l'un de ces lions. Le reste de l'article est malheureusement réservé aux abonnés, je ne sais donc pas ce qu'ils en disent. malgré tout, il est dans le périmètre bouclé par la police. Voici ce lion :


Tous ces lions sont en béton plein avec quatre patins de béton coulés dans la masse pour les surélever de quelques centimètres au dessus du carrelage de la rue. Sauf, me direz-vous et vous aurez raison, que là, on voit bien que c'était plutôt de l'asphalte et que la pente vers le caniveau avait contraint ceux qui l'ont installé à creuser des trous dans le revêtement afin que le lion soit droit.

Ma première impression est que le camion a pris le lion avec quelque chose sur le côté, le pare-cycliste ou le réservoir par exemple. C'est le même accident que le Costa Concordia, toutes proportions gardées bien entendu, ce qui montre bien que passer entre ces lions n'est pas si facile que ça quand on ne roule pas au pas. C'est d'ailleurs le but.

Cette photo nous montre en tous cas qu'avant de s'encastrer dans la vitrine du rayon ameublement du magasin "Åhléns City", le camion a parcouru au minimum 650 mètres, défié au moins 10 paires de ces lions en béton et traversé pas moins de 7 rues sans toucher aucun des véhicules qui y circulaient car j'ai évidemment localisé ce lion qui n'est peut-être pas le point de départ du camion mais se trouve être le premier témoin de son passage.


En agrandissant la carte, on peut vérifier sur la vignette en haut à gauche que le bâtiment repéré au 98 drottninggatan est bien le même que celui du lion.

Pendant que j'écrivais cet article, la presse en a également publié. Je donne ci-après un aperçu de ce qu'ils disent.

Le journal suédois Aftonbladet publie une carte légèrement différente puisque le trajet part de moins loin, ce qui semble en contradiction avec le lion déplacé. L'Aftonbladet émet l'hypothèse qu'il a peut-être été déplacé avant l'attaque de vendredi. Le Dagens Nyheter fournit une autre explication.

La version officielle est que le camion aurait été volé quelques secondes avant l'attentat à un chauffeur qui avait quitté sa cabine pour aller ouvrir le hayon en vue de livrer des caisses de bière dans le restaurant "Caliente" dans Adolf Fredriks Kyrkogata  (rue de l'Église Adolf Fredrik) qui croise Drottninggatan.

Le journaliste de l'Aftonbladet semble penser qu'un lion de béton de 900 kg ne peut pas résister à la poussée d'un camion de 15 tonnes qui roule à 80 km/h. Une question de poids, dit-il. Je ne ferai pas de commentaire autre que tous les dispositifs en bétons sont alors inutiles, certains camion faisant 44 tonnes dont le poids pèse certainement beaucoup plus sur la route que sur les obstacles qu'il pourrait rencontrer, heureusement pour les automobilistes qui ont la malchance d'en croiser de trop près. Ce qui détermine la poussée horizontale est l'inertie acquise précédemment. En Suède aussi, je vois que l'enseignement de la physique laisse à désirer. Sans doute une directive européenne pour fabriquer des ânes.

Les vitrines non plus ne résistent pas à un choc frontal avec un camion. Voici le magasin Åhléns City avec le camion encastré dans son rayon de canapés :


On remarque le réservoir ou un coffre, balafré, qui a reculé jusqu'à la roue. Sans doute la trace du lion.
L'image suivante montre l'endroit avant le choc sous un autre angle. Le terroriste a épargné le kiosque du vendeur de hot-dogs.


J'ai juste une petite question pour les buveurs de bière qui passeraient éventuellement ici :
C'est inflammable, la bière ?



On ne nous prendrait pas pour des imbéciles, par hasard ?

jeudi 6 avril 2017

Avertissement préalable - Advance warning

Le 22 mars dernier, une voiture empruntait le trottoir sur Westminster Bridge, bousculant au passage un certain nombre de piétons parmi lesquels on a compté trois morts et de nombreux blessés. On la retrouvera quelques centaines de mètres plus loin, accidentée, devant l'une des entrées du square du palais de Westminster qui abrite le parlement du Royaume Uni, square dans lequel un policier qui tentait d'arrêter le conducteur supposé du véhicule a été mortellement blessé à coup de couteaux. (Je ne fais ici que rapporter ce qui a été dit à la BBC)

Ceci a été qualifié d'attentat terroriste.

Evidemment, l'homme suspecté d'avoir commis ce délit a été tué par le garde du corps d'un parlementaire dont j'ai oublié le nom. Evidemment aussi, et en partie à cause de cette mort du supposé terroriste, je ne crois pas un instant à cette histoire mais ce n'est pas le plus important de l'histoire.

Personne n'a oublié l'étrange coïncidence qui a fait tracer sur le sol du Bataclan lors de la fusillade du 13 novembre 2015, le symbole de l'aéroport de Bruxelles où a eu lieu une attaque à la bombe le 22 mars 2016, soit seulement 130 jours plus tard.

Le site www.lightonconspiracies.com
a publié une image très parlante à ce sujet. Je la reproduis ci-contre :

Ole Dammegard, qui a créé ce site a indiqué récemment qu'il pensait que la prochaine attaque aurait lieu près de Big Ben. Il avait remarqué, lors de l'attaque à la voiture bélier qui avait fait 5 victimes le 20 janvier dernier à Melbourne, que la personne qui avait filmé la voiture alors avait centré Elizabeth Street clock tower qui ressemble beaucoup à Big Ben avant le début de l'attaque.

Il pense donc à juste titre que cette image de Elizabeth Street clock tower était un avertissement préalable à une attaque similaire près de Big Ben, ce qui est arrivé.


J'avais moi-même noté parmi les images diffusées de l'aéroport de Bruxelles immédiatement après l'attaque à la bombe, à quel point les chariots à bagages intéressaient les cameramen et même les amateurs. Ces chariots à bagages qui montraient une publicité pour la compagnie aérienne Corendon, étaient toujours extrêmement visibles. Cette publicité représente la plage de Kaputas en Turquie.
Or, le 28 juin 2016, soit 99 jours plus tard, trois kamikazes se faisaient exploser au niveau du terminal des vols internationaux à l'aéroport d'Ataturk en Turquie. 45 personnes ont été tués et 239 blessées. Avant tout début d'enquête, l'État turc privilégiait déjà la piste de l'État islamique, une accusation récurrente qui frappe les esprits au moment où le choc arrive, reprise par toute la presse..
Le démenti éventuel ne fait l'objet que d'un communiqué du bout des lèvres en fin de journal quelques mois après, passant généralement inaperçu. Voilà comment on manipule les moutons rivés à leurs téléviseurs.

Pour en revenir à Londres, Ole Dammegard a remarqué parmi les images diffusées lors des différents reportages, une image de la statue de liberté sur un bus arrêté sur Westminster Bridge. Il en déduit donc que la prochaine attaque aura lieu à New-York.

Je respecte beaucoup le travail d'Ole Dammegard sur beaucoup de sujets, malgré tout, je pense qu'on n'a pas assez vu ce bus et cette statue lors des différents reportages. En revanche, ce qu'on a vu partout, c'est la pancarte comportant ces mots : "Advance warning".

Je manque de temps pour  chercher car si cette pancarte comporte bien des dates, elle n'indique pas de lieu et je crains que le prochain attentat soit extrêmement proche, et en tous cas, avant les élections, puisque c'est devenu une tradition en France.

En voyant la gare de Melbourne Ole Dammegard a pensé à Big Ben. En voyant ces deux horloges, je ne peux m'empêcher de penser à la gare de Lyon et aux prochaines vacances de Pâques de la zone B qui débutent justement le 8 avril, un samedi. Et ce sentiment est renforcé par l'image de la tour Eiffel qu'on a vu s'éteindre à la fin des infos avec le commentaire que Paris prenait part à la douleur du peuple britannique.

Le diable est dans les détails. Evidemment, je peux me tromper et je le souhaite vraiment. Je ne suis pas voyante et tout ça est écrit dans l'urgence, mais si cet avertissement peut être utile à qui que ce soit, il n'aura pas été vain.
Merci de m'avoir lue jusqu'au bout.


Mise à jour du 7 avril 2017 :
Une attaque au camion bélier a eu lieu aujourd'hui à Stockholm qui n'est pas sans rappeler l'attaque de Melbourne du 20 janvier 2017, mais ça ne signifie pas qu'il n'y en aura pas d'autres. Mon sentiment est que ces attentats sont un grand jeu de piste à l'échelle mondiale. Une série de prétextes pour intervenir militairement au Moyen Orient, et ça a déjà commencé. (à suivre)