lundi 22 mai 2017

la censure étouffe les populations

Question : comment rendre suspecte la théorie officielle sur un sujet ?
Réponse : en censurant ceux qui ont une opinion contraire.

La censure est un aveu de faiblesse, un signe de peur. Lorsqu'on prend le pouvoir par ruse, par traitrise ou par force, il est indispensable de faire taire ceux qui ont une connaissance différente de ce qui est clamé officiellement. Ceci est cependant risqué, car la censure révèle bien souvent la faille de ceux qui l'appliquent.

J'ai entendu avec étonnement le silence absolu en haut lieu après les propos indécents de Nathalie Saint-Cricq "Il faut repérer et traiter ceux qui ne sont pas Charlie". Comme quoi les soviétiques n'avaient pas le monopole du goulag et de l'internement psychiatrique abusif. D'autres y pensent et n'hésitent pas à le dire publiquement.
Au nom de quoi peut-on prétendre qu'une opinion est un crime ?
Je l'ai dit en 2015, je ne suis pas Charlie car il s'agit d'une imposture. La liberté d'expression n'existe pas en France, sauf pour des personnes choisies et bien protégées. Avoir une une lecture différente des évènements serait un délit ? Et bien, c'est évidemment contraire à cette liberté clamée si fort.

Je prendrai comme exemple les persécutions dont sont victimes les révisionnistes en Occident.
La loi a la possibilité de contenir les injures, les discriminations, les excès et elle ne le fait pas toujours, mais en ce qui concerne les opinions, y a t-il une légitimité dans cette répression féroce ?

Selon les termes de l'article11 de la Déclaration de 1789 : "La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi".

C'est au nom de cette liberté d'opinion que je partage aujourd'hui cette vidéo de Vincent Reynouard sur le sujet de la censure.



Cette loi Gayssot tant contestée est souvent le point de départ d'une réflexion. Pourquoi punir lorsque des opinions marginales et sans fondement sont exprimées par un seul individu dans un tout petit cercle de personnes ? Si on envisage la censure, c'est que l'affaire a une importance car qui songerait à faire taire un hurluberlu qui dirait des sottises ?

S'il y a contestation d'une théorie officielle, c'est, comme je l'ai dit dans mon dernier article au sujet de la gestion des évènements, parce qu'il y a un endroit par où cette théorie est en rupture de continuité. Quelque chose ne colle pas. Dès lors, plutôt que de punir, pourquoi ne pas apporter publiquement des preuves incontestables ou bien reconnaître de bonne foi qu'on s'est trompé ? Les deux attitudes sont louables si elles sont faites dans le but de la recherche de la vérité. 

Si demain, une loi était promulguée contestant l'existence de Charles de Gaulle, pourrait-on poursuivre ceux qui ont vécu sous sa présidence et en parlent ? 
Définitivement, la justice ne fait pas bon ménage avec l'histoire et quand je dis histoire, je ne parle pas de ce qu'on lit dans les manuels scolaires, qui change sans cesse, mais de ce que les gens ont vécu pour de vrai. 

Je suis généalogiste et je ne m'appuie que sur des preuves, ce qui rend mes recherches incontestables. Il serait bon que les personnes qui clament des conclusions d'enquêtes fassent réellement ces enquêtes et que les preuves soient à la disposition de la population et non conservées à l'abri des regards pendant un siècle. Se situer dans l'espace et dans le temps est indispensable à l'équilibre des gens. Si l'histoire est censurée, ils sont comme les enfants nés sous X, une autre forfaiture, coupés de leurs vraies racines et déséquilibrés. 

A cet article, j'ajouterai une question : Pourquoi les publications postérieures à l'année 1939 sont elles, à de rares exceptions près, indisponibles dans les sites d'archivage de la presse ? Serait-ce encore une forme de censure ?

jeudi 18 mai 2017

La gestion des évènements

Tous les jours, ceux qui suivent l'actualité reçoivent des informations au sujet de ce qui s'est produit, en France ou à l'étranger, en fonction de l'intérêt que ça peut avoir, soit pour le public, soit pour le gouvernement.

Si, par exemple, un crime a été commis, les journalistes donnent logiquement les détails dont ils disposent et nous font ensuite part du suivi de l'enquête, puis de l'arrestation du criminel, des raisons de son acte et, plus tard, rappellent les faits lorsque le procès a lieu. L'affaire s'arrête lorsque la sentence a été prononcée. L'enquête et le jugement font partie de l'évènement.

Il y a un certain nombre d'évènements pour lesquels des étapes sont sautées, ne permettant pas au public de "classer" l'affaire. C'est le cas pour de nombreux évènements. L'assassinat de John F. Kennedy, celui du premier ministre suédois Olof Palme, les évènements du 11 septembre 2001, les naufrages du ferry Estonia et du navire Costa Concordia, les incendies des ferries Scandinavian Star et Moby Prince, l'affaire Merah, la tuerie de Charlie Hebdo, les évènements de novembre 2015 à Paris et du 14 juillet à Nice ne sont que des exemples de ces évènements auxquels il manque un morceau essentiel. Ces seuls évènements ont fait plus d'un millier de victimes.

En ce qui concerne les attentats, nous sommes confrontés, avec des images dont la violence dépasse souvent ce qui est admissible, à un évènement brutal le plus souvent qualifié de "terreur". L'étape suivante est l'exécution sommaire de présumés coupables sans enquête et sans jugement.

C'est George W. Bush qui a inauguré cette notion de terreur permanente en répétant des dizaine de fois ce mot inemployé depuis la Révolution Française et depuis lors, on nous le martèle à chaque actualité et c'est à dessein, car "La Terreur" désigne la période au cours de laquelle, en France, des mesures d’exception ont été prises par le gouvernement révolutionnaire entre juin 1793 et juillet 1794, à la chute de Robespierre. Ces mesures d'exception comprenaient entre autres des perquisitions sans jugement et de nombreuses exécutions capitales sans véritable procès. Le but était de provoquer un effroi paralysant sur la population.

Ai-je besoin de dire que l'état d'urgence est également une période au cours de laquelle ces mesures d'exception sont appliquées ? Initié par le président Hollande, cet état a été prolongé pour une période indéfinie par le président actuel, soutenu par un "Front Républicain" qui, explicitement, nous ramène aux pires heures de la Révolution Française, un président pour lequel ont voté tous les naïf qui n'ont comme seule excuse que d'avoir eu la trouille d'une ombre qui pourrait être celle d'un loup, l'ombre d'un masque de papier fabriqué pour faire peur. Pourquoi se priver de cet artifice qui marche si merveilleusement bien ?

Avant même d'être proclamé, l'état d'urgence était implicitement en préparation. On n'a pas vu de véritable changement. La transformation des policiers en robots surprotégés et sur-armés date déjà de plusieurs années, la diffusion télévisée à des heures de grande écoute d'images de cadavres éparpillés sans avertissement préalable, la mise en scène de la moindre arrestation par des pseudo-terroristes cagoulés de noir qui ont pour principale mission de terrifier et de faire le maximum de dégâts. Je pense à deux exemples en particulier. Les assauts au moyen d'armes lourdes des maisons d'habitations de Varg Vikernes, et de Wilfried Paris (où se trouvaient également des enfants en bas-âge et des personnes en retraite). Le premier avait été accusé par Manuel Valls d'avoir reçu un courriel d'Anders B. Breivik et le second d'avoir menacé un bâtonnier. Les deux accusations n'ont jamais pu être prouvées mais dans le premier cas, il s'agissait de faire croire aux Français qu'on agissait pour faire reculer le terrorisme et dans le second cas, cet avocat avait déposé une Question Prioritaire de Constitutionnalité auprès du Conseil Constitutionnel. Le Gouvernement n'aime pas qu'on vérifie si ce qu'il fait n'est pas en accord avec la Constitution de la Cinquième République. Wilfried Paris souffrant d'une pathologie cardiaque, les media auraient parlé d'un regrettable accident. C'est ça, la terreur.

Tant en ce qui concerne les assassinats qu'en ce qui concerne les quatre catastrophes maritimes que j'ai citées, et malgré l'avis de plusieurs experts, aucune enquête sérieuse n'a été menée et les preuves disponibles, entre autres les épaves, ont été soustraites, comme l'acier des tours du World Trade Center, de façon à faire avorter toute tentative de trouver la vérité. La presse a fait le reste. Le mensonge et la manipulation sont devenus permanents.

C'est cette gestion des évènements qui donne la vraie mesure des régimes sous lesquels on vit. Le seul mot de démocratie devrait éveiller la méfiance.

lundi 15 mai 2017

Lumière, la photo du mois

Thème du mois de mai : Lumière(s), choisi par Eurydice.
Note de l'auteur : à la fois pour saluer les beaux jours et pour revenir à l’étymologie du terme "photographie".

Parce que la lumière est là pour éclairer ce qui est dans l'ombre, le sujet me convient particulièrement bien.
Un rayon de soleil venu du nord-est, uniquement visible d'avril à fin août, est venu révéler cette petite mesure ancienne en étain. Ce rayon entrant dans la maison par un endroit très étroit, il produit une tache de soleil qui se déplace en fonction de la date. Il faut se lever de bonne heure et attendre. C'est mon petit bonheur du matin.



D'autres lumières chez ces blogueurs éclairés :

Akaieric, Alban, Alexinparis, Amartia, Angélique, Aude, Autour de Cia, BiGBuGS, Blogoth67, Brindille, Calamonique, Carole en Australie, Chat bleu, Chiffons and Co, Christophe, Cricriyom from Paris, CécileP, Céline in Paris, Danièle.B, DelphineF, E, El Padawan, Escribouillages, Eurydice, Evasion Conseil, François le Niçois, Frédéric, Gilsoub, J'habite à Waterford, Josette, Josiane, Julie, Kellya, KK-huète En Bretannie, Krn, La Fille de l'Air, La Suryquoise, La Tribu de Chacha, Lair_co, Lau* des montagnes, Laulinea, Laurent Nicolas, Lavandine, Lavandine83, Lilousoleil, Lyonelk, magda627, Magouille, Mamysoren, Mirovinben, Morgane Byloos Photography, Nanouk, Natpiment, Nicky, Pat, Paul Marguerite, Philae, Philisine Cave, Pichipichi Japon, Pilisi, Renepaulhenry, Sous mon arbre, Testinaute, Tuxana, Ventsetvoyages, Who cares?, Xoliv', écri'turbulente. et aussi Tambour Major.

Il y a 9 ans

Comme tous les blogs, le défouloir a une histoire que je pourrais résumer en deux images. la première est celle d'une bagarre, car c'est bien de cette manière que tout a commencé. Une bagarre entre blogueurs aux opinions bien diverses, incapables de deviser sereinement.
Cette bagarre était l'image d'en-tête du défouloir au moment de sa création.



la seconde est une capture d'écran du premier billet. C'est explicite.

J'avais été invitée par mon cousin à participer à un blog privé où il y avait de nombreuses querelles et pour avoir voulu mettre un peu de gaîté, j'ai été exclue du "salon" de ces dames pour un jeu de mots. Je ne me souviens pas exactement à quel sujet, mais j'avais été amenée à nous présenter, moi et mon cousin, comme "le père Vers et l'abbé Casse". Ça n'a, en apparence, fait rire que nous. La maquerelle en chef nous a fait sortir manu militari sans aucun humour. J'en ris encore.

A l'occasion de ce souvenir, je remercie mon cousin, à la fois de m'avoir fait connaitre ces mégères car c'était une expérience instructive, sociologiquement parlant, et de m'avoir (j'allais écrire introduite, mais en ce qui le concerne, il faut faire attention aux mots qu'on emploie) fait découvrir le monde des blogs. Je suis toujours là, même si, de temps en temps, je remets tout en question.

Le but du défouloir a quelque peu changé et les bagarres ouvertes m'intéressent moins que ce qui semble aller de soi et se trouve repris en chœur par tous sans questionnement.  Quel qu'en soit le récit qui est fait de l'histoire et de l'actualité, la vérité existe et elle est souvent tout à fait différente de ce qu'on nous raconte. J'ai l'injustice en horreur et seule la vérité vraie trouve grâce à mes yeux, je consacre donc principalement cet espace d'écriture à tenter de faire la lumière sur le côté obscur des évènements.

samedi 13 mai 2017

Trop c'est trop !

Hier, 12 mai 2017, soit 5 ans et 4 mois après l'accident du navire de croisière Costa Concordia, l'impensable est arrivé. Le capitaine Francesco Schettino, ex-commandant du navire de croisière Costa Concordia, a vu sa peine de 16 ans et 1 mois de prison confirmée par la cour de cassation italienne. Il attendait le verdict à la porte de la prison et s'y est présenté aussitôt, même s'il n'accepte pas d'être le seul coupable désigné de toute cette affaire. Il est en effet assez présomptueux de croire qu'une seule personne est responsable de tout ce qui se passe sur un navire de presque 300 mètres de long pouvant accueillir plus de 4.000 personnes. Si c'était le cas, on se demande bien pourquoi il y avait 1.000 membres d'équipage.

Le fait le plus étonnant dans cette histoire est qu'il n'y a pas eu d'enquête technique. Je défie qui que ce soit de me montrer un document officiel expliquant comment le navire a coulé.

Pour comparer avec ce qui se passe dans un pays, il est évident qu'un président de la république seul ne décide pas de toute une politique, ne fait pas toutes les lois et n'est certainement pas partout à la fois. On peut comparer les membres de l'équipage d'un navire aux fonctionnaires de l'état. Ils le font fonctionner et c'est de là qu'ils tirent leur nom.
Sur le Costa Concordia, mis à part ceux, les plus nombreux, qui s'occupent du confort des passagers, il y avait aussi une équipe d'officiers comparables à des ministres.

De quart ce soir là : Ciro AMBROSIO, premier officier de passerelle, Silvia CORONICA, Salvatore URSINO, officiers de bord chargés de la surveillance de la route et du radar, Stephano IANELLI, élève officier et Jacob RUSLI BIN, timonier, qui assurait la vigie lorsque le navire était sous pilotage automatique. 
Etait en outre présent à la passerelle, Roberto BOSIO, commandant en second.

Manrico GIAMPEDRONI, commissaire de bord et Ciro ONORATO, chef de la restauration à bord, avaient dîné en compagnie de Francesco SCHETTINO, commandant le navire et de Domnica CEMORTAN, qui avait fait partie de l'équipage antérieurement.
Le détour par l'île du Giglio avait été décidé au dernier moment et c'est le cartographe Simone CANESSA qui l'avait tracée. Cette route avait été approuvée par le capitaine Francesco SCHETTINO. Elle n'a pas été suivie par l'équipe de quart.
Andrea BONGIOVANNI, officier de pont, formateur en sécurité, ne s'y est trouvé qu'après l'impact avec le rocher.

Paolo Giacomo PARODI, conseiller technique de la flotte de Costa Croisières, responsable de l'entretien des navires, Manfred URSPRUNGER, vice-président exécutif de Costa Croisière, propriétaire du Costa Concordia, et Roberto FERRARINI, chef de l'unité de crise de la compagnie, en intervenant depuis la terre au nom de leur employeur COSTA CROISIERE, ont démontré que contrairement à ce que l'imagerie populaire nous fait croire, un commandant de navire est avant tout un employé obéissant et non comme au temps de la marine à voile, seul maître à bord après Dieu.

Alors, de même que j'estime que, même s'il est la cible préférée de nos compatriotes, qui viennent d'élire son clone, j'estime que François Hollande n'est pas responsable de tout mais n'est au contraire qu'une sorte de tampon entre les Français, ses ministres et les vrais décideurs, de la même manière Francesco SCHETTINO a le rôle du bouc émissaire pour toutes les autres personnes impliquées dans ce que certains ont appelé le naufrage du siècle, celui du siècle précédent ayant été celui du TITANIC avec lequel les comparaisons n'ont pas manqué. 

Contre l'ex-commandant, ce sont des "communicants" qui ont mené la danse, suivis par les media pour qui tout ce qui peut rapporter des lecteurs et donc des recettes de publicité est bon. Les communicants, ce sont ces personnes dont le métier est de tromper les gens en utilisant des éléments de langage particuliers. Ils écrivent les discours des hommes politiques de façon à embrouiller le plus de monde possible, ils ont écrit l'histoire d'un naufrage dont le capitaine était l'unique responsable pour occulter le fait que le navire n'était pas en état de naviguer, non conforme à la législation depuis sa conception et que son entretien, sans doute fort coûteux était sans cesse repoussé aux calendes grecques. Ce n'était pas qu'une question d'opinion publique, c'était aussi une question d'assurances. Une compagnie n'assure pas un navire non conforme. Il a fallu tricher. 

A combien de temps d'emprisonnement ont été condamnés, les différents officiers responsables du quart horaire pendant lequel l'accident s'est produit ?

Ciro AMBROSIO, premier officier de passerelle, chef de quart, chargé de surveiller tout ce qui se passe en passerelle, et autour du navire et de prendre les décisions  : ZÉRO

Silvia CORONICA, officier chargée de la surveillance du radar et de contrôler que le navire ne s'écarte pas de sa route : ZÉRO

Salvatore URSINO, officier de bord, qui a vu que le navire était trop près de la côte mais n'a pas pipé un mot : ZÉRO

Stephano IANELLI, élève officier, qui devait apprendre au contact des trois précédents comment diriger un navire en toute sécurité et n'a rien vu : ZÉRO

Leur excuse a été qu'ils ne savaient pas se servir de l'équipement électronique sophistiqué qui était celui du Costa Concordia parce qu'ils n'avaient pas reçu de formation. Ils ne savaient visiblement pas naviguer non plus aux amers.

Jacob RUSLI BIN, qui, en tant que vigie n'a pas remarqué que le faisceau du phare se cachait derrière le relief de l'île et, comme timonier, n'a pas suivi les ordres : ZÉRO
Son excuse a été qu'il ne comprenait ni l'italien, langue officielle du bord, ni l'anglais, langue de la marine de croisière. Il n'a pas témoigné aux procès. Interpol l'aurait cherché sur toutes les mers du globe. Plus simplement, un journaliste italien a cherché son numéro dans l'annuaire à Jakarta et l'a appelé au téléphone. Il y était. Il n'a néanmoins pas été convoqué.

Alors, au moins pour ces cinq-là, je pose la question :

QUI EST EN CHARGE DE LA GESTION ET DU RECRUTEMENT DU PERSONNEL ET DES FORMATIONS, LES COMMANDANTS DE NAVIRES OU L'EMPLOYEUR, COSTA CROISIERE ?

Je continue :
Roberto BOSIO, commandant en second, qui aurait du intervenir mais n'a rien dit : ZÉRO
Je suppose que comme il n'était pas de quart, il n'a même pas surveillé. J'avoue ne pas m'être trop intéressée à son rôle.

Il y avait des officiers de quart, ils étaient responsables du navire de 20 heures à minuit. L'accident est arrivé à 21h45. Or, de même qu'on ne peut pas reprocher à un ministre qui arrive l'état dans lequel son prédécesseur a laissé l'économie, on ne peut pas reprocher à un capitaine les manquements de ceux qui l'ont précédé dans sa tâche. La masse, et donc l'inertie, de ces géants des mers oblige à prévoir.

Francesco SCHETTINO, capitaine, commandant le navire, arrivé en passerelle 6 minutes avant l'impact avec l'écueil du Scole : 16 années et 1 mois de prison.

Le monde marche sur la tête ou bien, là encore, l'objectivité de la justice pourrait être mise en cause.
Bien entendu, je n'ai pas dit mon dernier mot.





lundi 8 mai 2017

Les élections françaises vu de l'étranger

Une soirée consacrée à l'élection française sur la télévision anglophone Red Ice TV.

Le moins qu'on puisse dire est que le point de vue est complètement différent de celui des media alignés français.
Dès les premières minutes, la douche écossaise entre un très beau reportage sur la culture française et une bagarre de rue entre migrants sous la ligne du métro aérien.
Un peu plus tard, un commentaire sonne comme une fatalité :

"La France est maintenant le pire pays en Europe."

Installez-vous confortablement parce que ça dure 3 heures.