vendredi 16 juin 2017

Hasard, coïncidence et 11 septembre 2001

Le neuvième anniversaire du défouloir, une série de spams sur un article ancien qui me l'a remis en mémoire, le sujet de la photo du mois sur la lumière et l'actualité convergent pour me pousser à reprendre des sujets que j'avais fini par laisser de côté car ils sont pour moi tellement évidents que j'ai du mal à imaginer un manque de réflexion sur les évènements.

Je vais donc reprendre un par un ces sujets en commençant par celui qui a frappé les esprits et a généré de nombreuses guerres actuelles, je parle bien entendu de ce qui s'est passé le 11 septembre 2001 aux États-Unis.

Vous connaissez tous l'histoire qu'on nous a rapportée. C'est l'histoire de l'islamiste vivant dans une grotte de l'autre côté de la terre. qui aurait recruté 19 musulmans bons vivants, amateurs de drogues, de femmes et d'alcool, pour les persuader d'aller se suicider en les jetant sur des bâtiments. Les classiques bombes qui ont fait leurs preuves, ça aurait été trop simple. On ne connait pas ses motivations, car il a nié avoir quelque chose à voir avec ça.
Ces "pilotes"improvisés, que leurs instructeurs prenaient pour des nuls, auraient pris le contrôle de quatre gros avions de ligne avec de simples cutters et seraient devenus des as de la voltige aérienne, suivant des trajectoires que des pilotes chevronnés ayant plus de 25 ans de métier disent ne pas pouvoir accomplir, au delà des possibilités techniques des aéronefs utilisés. Déjà, ces premiers faits sont invraisemblables.

A Manhattan, deux de ces avions auraient mis le feu à trois immeubles parmi les plus solides au monde, lesquels se sont effondrés après seulement une heure d'incendie dans les étages supérieurs. Les énormes structures métalliques qui forment l'armature de ces bâtiments auraient fondu. Je suppose que pour devenir ministre ou journaliste, les matières scientifiques sont facultatives car c'est évidemment une ânerie. Revoyez vos cours de physique et de résistance des matériaux.

A Washington, un avion serait devenu liquide (sic) après avoir pénétré dans un bâtiment au ras du sol par un trou ridicule et avoir perdu ses ailes et sa dérive de queue qui se sont volatilisées. Ce bâtiment est réputé être le plus surveillé du monde mais aucune caméra n'a rien enregistré, ni à l'extérieur, ni à l'intérieur. 

En Pennsylvanie, on a retrouvé des débris à 14 km du point où un avion aurait été entièrement "avalé" par la terre avec tout son contenu et sans laisser de traces. 

Cet islamiste de génie, atteint d'une maladie incurable nécessitant une dialyse tous les 3 jours a échappé à l'immense et sur-équipée armée américaine en fuyant à travers la montagne sur la mobylette d'un copain. Dois-je commenter ?

Au nom de la loi du Talion et de la vengeance, cet évènement a permis d'envoyer des milliers de tonnes de bombes sur les civils au Moyen Orient. L'Irak est revenu à l'âge de pierre, 500.000 enfants ont été sacrifiés et on a pendu le dirigeant de ce pays sous le prétexte mensonger des armes de destruction massives. 
Or, le pays de menteurs qui possédait le plus d'armes de destruction massive à cette époque était les États-Unis et ni Bush, ni Obama, ni Allbright, ni Rice, ni Powell n'ont été pendus.

Le vingt-et-unième siècle est pour le moment la continuité de la seconde moitié du vingtième, un siècle de mensonge, d'illusion et de tromperie. Ouvrez les yeux. Je n'ai aucun intérêt dans cette histoire, je veux seulement un monde vrai et juste.

A titre de documentaire, vous pouvez regarder ce crash-test réalisé avec un avion de ligne :
La version courte (2:18) https://www.youtube.com/watch?v=kJZ1eHU_JZg
La version longue (1:12:34) https://www.youtube.com/watch?v=WvbGiuKbmGM
Vous verrez qu'un avion n'est pas plus solide que des poutres d'acier. Au moindre choc, il se disloque, même lorsqu'il rencontre du sable.

samedi 10 juin 2017

Réveillez-vous !

Je n'en dis pas plus, réveillez-vous !
Et ce que ce monstre avoue n'est que la partie visible de l'iceberg.


Politique républicaine

Avant d'écrire et article, j'ai été tentée de consulter la page de la fausse encyclopédie participative wikipedia en espérant qu'un contributeur occasionnel aurait écrit une page neutre et intelligente. Peine perdue, j'aurais mieux fait de continuer à boycotter ce site où l'opinion de quelques censeurs prime sur le savoir et où on pratique allègrement censure et contrevérités.

Je ne citerai aucun parti dans cet article. Les dénominations changent sans cesse et il est illusoire de vouloir écrire un article pérenne sur le sujet. Je me pencherai plutôt sur l'histoire.

En 1789, à la suite de la famille royale qui quitte Versailles pour Paris, l'Assemblée Constituante s'installe aux Tuileries, dans la salle du Manège. Spontanément, les députés se répartissent selon leurs opinions à la droite ou à la gauche du président. A droite, les monarchistes, à gauche, les révolutionnaires. 

Autant les monarchistes respectent les traditions, la religion et les institutions, autant les révolutionnaires donnent dans la démesure en ne respectant rien, même la vie des Français, comme La Fayette qui n'hésite pas à faire tirer sur la foule au Champs de Mars, faisant des dizaines de morts parmi la population alors que le roi de France, face à l'insurrection, avait ordonné à ses gardes suisses de poser les armes. Il aimait son peuple. Tous les 600 gardes suisses seront massacrés. A l'issue de cette journée du 10 août 1792, 200 nobles sont également assassinés avec leur famille et leurs domestiques et la famille royale est jetée en prison au Temple. Le lendemain, un millier de prisonniers royalistes ou soupçonnés de l'être sont tués. 

La convention est légalement constituée le 21 septembre 1792 et la royauté est abolie. La France devient donc une république. Il est à noter que les députés sont tenus d'assister à toutes les séances, ce qui a bien changé, l'absentéisme constituant même à présent une règle absolue, il suffit de consulter pour les lois qui sont votées le nombre de votants. 

La république, ne voulant rien garder du passé abolit également le calendrier. Du jour au lendemain, des millions de Français découvrent de nouvelles dates, de nouvelles fêtes et perdent leurs repères. 

Il ne faut pas se leurrer. Les idées révolutionnaires n'étaient pas majoritaires. Le peuple mourrait de faim après plusieurs années de mauvaises récoltes mais l'immense majorité d'entre eux soutenaient le roi. Seul un petit nombre d'exaltés ont manipulé les Parisiens, la gauche finissant par obtenir la condamnation à mort du roi Louis XVI. Ces révolutionnaires fous, Robespierre, Danton, Saint-Just, Marat... J'en oublie mais ce sont les principaux, vont bien tôt faire régner sur la France ce qu'on va appeler "la Terreur". Un état d'exception, la Convention ayant déclaré "la patrie en danger". la guillotine va faire 20.000 morts. 

Je ne vais pas vous raconter toute la révolution, vous l'avez sans doute apprise à l'école si vous avez eu le bonheur de la fréquenter avant mai 1968. 

Nous y sommes. La gauche actuelle a déclaré la patrie en danger et a déclenché un état d'exception. Ne nous y trompons pas, le président que 25% d'inconscients ont placé sur le trône de France en mai dernier est de ceux-là. Il est de cette gauche qui veut tout révolutionner et bouscule les institutions. Robespierre aussi avait été élu président de la Convention Nationale. La seule différence c'est que Robespierre avait réellement le pouvoir. Notre pantin national est lui, piloté de l'extérieur. 

On vous agite les épouvantails de droite, mais c'est la gauche qui est le vrai danger. Ils sont les héritiers des révolutionnaires, des "Montagnards", de la Terreur et de sa guillotine. L'état d'urgence est issu de l'état d'exception de la Terreur. Souvenez vous bien aussi que Robespierre, bourgeois, avocat, président de la Convention, a été victime de sa propre terreur. L'histoire est un éternel recommencement. Celui qui ignore les erreurs du passé perd du temps à les refaire.

Demain on vote. Ne vous trompez pas et laissez la Terreur de côté. Ne mettez pas tout dans les mêmes mains au risque de voir revenir la guillotine. 

Merci à Marie Gloris Bardiaux-Vaïente pour cette photo
d'une exécution publique en France en 1909.
lien à visiter




jeudi 25 mai 2017

Manchester, retour en arrière

Que se passerait-il s'il y avait une attaque terroriste dans un lieu public à Manchester ?

C'était le 10 mai 2016 dans un centre commercial.
800 personnes participaient à un exercice répondant à la question posée en tête de cet article. Des centaines d'acteurs dans le rôle des acheteurs, des dizaines d'officiers de police et l'Unité de Lutte contre le Terrorisme du Nord-Ouest étaient mobilisés pour cette simulation grandeur nature à laquelle participaient également la direction du centre commercial, les pompiers et les Ambulances du Nord-Ouest.

Regardez la vidéo, c'est stupéfiant de réalité :



The Gardian avait publié cet article avec des photos qui nous en rappellent d'autres, qu'on nous a présentées comme des actualités.
Qui peut dire, de ces photos, laquelle a été prise en 2016 et l'autre en 2017 ?


On peut quand même se poser la question légitime suivante : Est-ce que tout ce qu'on nous a montré comme étant du terrorisme en était réellement ou bien, comme pour la reconstitution à Doha du décor de la place Verte de Tripoli au moment où la France avait déclaré une guerre illégale contre la Libye, tout n'est que du cinéma ?

Le réalisme des scènes de guerre ou de crime à Hollywood est si intense qu'on s'y croirait. D'ailleurs, lorsqu'elle avait vu la chute des tours du World Trade Center en passant devant un magasin, une de mes filles avait immédiatement pensé à une bande-annonce pour un nouveau film catastrophe.

Le problème est là. Nous vivons tellement à l'ère du mensonge qu'on ne peut jamais exclure une mise en scène. Ceux qui ne se rendent pas compte que les media nous mystifient les trois-quarts du temps sont ceux qui réclament plus de sécurité, plus de police et une surveillance accrue de leur vie privée.

Nous valons mieux que ce rôle d'éternels apeurés encadrés n'osant pas s'exprimer, soumis à un état d'urgence absurde et à des lois qui restreignent de plus en plus nos droits jusqu'à ne plus être que des zombies en esclavage qui travaillent pour enrichir une caste de feignants, consomment à caddies pleins la nourriture trafiquée des multinationales et devraient avoir le bon goût de crever une fois devenus "inutiles".

Un peu d'esprit critique est parfois salutaire.


mardi 23 mai 2017

Manchester 322

Le cirque "Skull and Bones 322" continue sa tournée européenne par la ville de Manchester.

Dans la continuité des coïncidences précédemment mises en avant, un kamikaze se fait sauter à 23 h 22 et fait 22 morts dans une salle de spectacle britannique près de la gare Victoria Station.

L'attentat du 20 janvier dernier à Melbourne dans l'état australien de Victoria avait déjà "prévenu" celui de Westminster à 3 h 22 le 22/03. En plus des chiffres, la coïncidence se poursuit avec les noms : l'état et la gare du même nom entre Melbourne et Manchester, la rue de la Reine entre Melbourne et Stockholm, mais il y a plus vicieux.

Le 11 décembre 2010 à Stockholm, deux explosions ont eu lieu, une voiture piégée à 16 h 50 au carrefour entre la rue Olof Palme et Drottninggatan, et un kamizaze muni d'une ceinture d'explosifs à 17 h 00 à 200 m de là, près du carrefour entre Bryggargatan et Drottninggatan, sans faire ni morts ni blessés autres que le kamikaze, car Bryggargatan, contrairement à Drottninggatan, n'est pas une rue commerçante et il n'y a généralement personne. Bref, un attentat suicide dans lequel le "suicidé", Taimour Abdulawahab aurait fait attention à ne surtout faire de mal à personne. Curieux pour un type ayant prétendument envoyé une lettre de menace contenant  ces mots "maintenant vos enfants, vos filles et vos sœurs meurent comme nos frères, nos sœurs et nos enfants sont en train de mourir ".

Une photo a immortalisé le kamikaze étalé par terre dans la neige. Il est mort, évidemment, "gravement endommagé" comme l'ont rapporté les media suédois, ce que la photo ne montre pas.


Mais dites-moi, ce magasin SALT, juste en face, il ne vous dit rien ?
Et bien oui, c'est la caméra de surveillance de ce magasin qui a enregistré le passage rapide du camion fou de Drottninggatan. Encore une coïncidence. Comme le monde est petit !

lundi 22 mai 2017

la censure étouffe les populations

Question : comment rendre suspecte la théorie officielle sur un sujet ?
Réponse : en censurant ceux qui ont une opinion contraire.

La censure est un aveu de faiblesse, un signe de peur. Lorsqu'on prend le pouvoir par ruse, par traitrise ou par force, il est indispensable de faire taire ceux qui ont une connaissance différente de ce qui est clamé officiellement. Ceci est cependant risqué, car la censure révèle bien souvent la faille de ceux qui l'appliquent.

J'ai entendu avec étonnement le silence absolu en haut lieu après les propos indécents de Nathalie Saint-Cricq "Il faut repérer et traiter ceux qui ne sont pas Charlie". Comme quoi les soviétiques n'avaient pas le monopole du goulag et de l'internement psychiatrique abusif. D'autres y pensent et n'hésitent pas à le dire publiquement.
Au nom de quoi peut-on prétendre qu'une opinion est un crime ?
Je l'ai dit en 2015, je ne suis pas Charlie car il s'agit d'une imposture. La liberté d'expression n'existe pas en France, sauf pour des personnes choisies et bien protégées. Avoir une une lecture différente des évènements serait un délit ? Et bien, c'est évidemment contraire à cette liberté clamée si fort.

Je prendrai comme exemple les persécutions dont sont victimes les révisionnistes en Occident.
La loi a la possibilité de contenir les injures, les discriminations, les excès et elle ne le fait pas toujours, mais en ce qui concerne les opinions, y a t-il une légitimité dans cette répression féroce ?

Selon les termes de l'article11 de la Déclaration de 1789 : "La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi".

C'est au nom de cette liberté d'opinion que je partage aujourd'hui cette vidéo de Vincent Reynouard sur le sujet de la censure.



Cette loi Gayssot tant contestée est souvent le point de départ d'une réflexion. Pourquoi punir lorsque des opinions marginales et sans fondement sont exprimées par un seul individu dans un tout petit cercle de personnes ? Si on envisage la censure, c'est que l'affaire a une importance car qui songerait à faire taire un hurluberlu qui dirait des sottises ?

S'il y a contestation d'une théorie officielle, c'est, comme je l'ai dit dans mon dernier article au sujet de la gestion des évènements, parce qu'il y a un endroit par où cette théorie est en rupture de continuité. Quelque chose ne colle pas. Dès lors, plutôt que de punir, pourquoi ne pas apporter publiquement des preuves incontestables ou bien reconnaître de bonne foi qu'on s'est trompé ? Les deux attitudes sont louables si elles sont faites dans le but de la recherche de la vérité. 

Si demain, une loi était promulguée contestant l'existence de Charles de Gaulle, pourrait-on poursuivre ceux qui ont vécu sous sa présidence et en parlent ? 
Définitivement, la justice ne fait pas bon ménage avec l'histoire et quand je dis histoire, je ne parle pas de ce qu'on lit dans les manuels scolaires, qui change sans cesse, mais de ce que les gens ont vécu pour de vrai. 

Je suis généalogiste et je ne m'appuie que sur des preuves, ce qui rend mes recherches incontestables. Il serait bon que les personnes qui clament des conclusions d'enquêtes fassent réellement ces enquêtes et que les preuves soient à la disposition de la population et non conservées à l'abri des regards pendant un siècle. Se situer dans l'espace et dans le temps est indispensable à l'équilibre des gens. Si l'histoire est censurée, ils sont comme les enfants nés sous X, une autre forfaiture, coupés de leurs vraies racines et déséquilibrés. 

A cet article, j'ajouterai une question : Pourquoi les publications postérieures à l'année 1939 sont elles, à de rares exceptions près, indisponibles dans les sites d'archivage de la presse ? Serait-ce encore une forme de censure ?